L'action sociale au service de la cohésion et de l'intégration 

Dans une société où les différences de revenus et de fortune augmentent, et où une frange croissante de la population se retrouve précarisée, ou avec un fort risque de précarisation, la Ville a une responsabilité importante face à cette situation, à titre complémentaire à l'action cantonale.

L'action sociale porte sur des questions de soutien financier (allocations et prestations, par exemple les prestations complémentaires pour les rentiers AVS/AI à bas revenu, les allocations pour les familles monoparentales, ou la prise en charge de frais de restaurants scolaires pour les familles à très bas revenu), mais aussi sur une action concrète pour lutter contre l'exclusion (clubs sociaux offrant des repas gratuits et un contact, abri de protection civile pour les sans-abris l'hiver, unité de logements d'urgence, etc.), ou encore la lutte contre l'isolement des aînés.

La réforme de la politique du logement, initiée par Sandrine Salerno, constitue un autre axe majeur de la politique sociale de la Ville, en mettant à disposition des habitantes et habitants des logements à prix abordable.

Les priorités des prochaines années consisteront à renforcer ces axes et les faire évoluer afin de tenir compte de l'évolution des besoins. Cette politique va de pair avec une politique préventive, notamment dans le domaine de l'économie de proximité et de l'insertion, afin de contribuer à diminuer la précarité de manière durable.