Politique en faveur de la jeunesse 

La jeunesse urbaine est diversifiée; la plupart des jeunes trouvent leur place. Toutefois, nous vivons dans un monde de plus en plus concurrentiel et un nombre malheureusement trop élevé de jeunes a de la peine à réussir son intégration dans le monde "des grands", donc à terminer une formation et entamer un parcours professionnel. Même si ce nombre ne représente que quelques pour-cents, c'est déjà trop et on ne doit pas les laisser tomber et trouver des solutions concrètes et adaptées pour leur permettre de ne pas décrocher à un âge où il est primordial de trouver sa voie.

La Ville s'engage depuis plusieurs années, à initiative de Manuel Tornare, en faveur des jeunes en général, selon le principe de "faire avec et pour les jeunes", ce qui consiste à soutenir de nombreux projets initiés par eux, artistiques, sportifs, sociaux ou autres, et de les accompagner afin de renforcer leur autonomie. Les Travailleurs sociaux et Travailleuses sociales hors-murs (TSHM), par ailleurs, mènent un travail de contact et de suivi sur le terrain pour aller à la rencontre des jeunes, surtout ceux et celles qui sont souvent dehors, dans l'espace public, ce qui peut générer des tensions ponctuelles avec d'autres composantes de la population (bruit nocturne, par exemple).

Un volet de l'activité jeunesse porte sur les sports dits "urbains" (skate, BMX, etc.); une rénovation et extension du skate-parc de la Plaine de Plainpalais est prévue bientôt, et il faudra trouver une solution pour un skate-parc couvet (halle).

Enfin, pour les jeunes en grande difficulté d'insertion, la Ville a soutenu la création d'une Antenne, nommée VIA, gérée par la Boîte à Boulots, qui cherche à remettre le pied à l'étirer pour ces jeunes, par un système progressif de stages. Elle soutient également des projets associatifs dans le domaine de l'insertion, comme les buvettes estivales mises en place par la Barje.

Certainement que ces prochaines années, il faudra renforcer les efforts en faveur de la jeunesse urbaine, aussi bien les jeunes en général (sports urbains, encouragement au montage de projets, locaux, etc.) que pour les jeunes en difficulté (insertion), en travaillant étroitement avec tous les intervenants: outre les services publics, les associations spécialisées, les maisons de quartier, les UAC, etc., et bien sûr surtout les jeunes eux-mêmes!